Concurrence, bien public et gouvernance institutionnelle [E-Book] : Analyses de l'expérience portugaise / Alberto Amaral et António Magalhães
Amaral, Alberto.
Magalhães, António.
Paris : OECD Publishing, 2007
16 p.
französisch
10.1787/hemp-v19-art4-fr
Education
Portugal
Full Text
L’avènement du marché en tant qu’instrument de régulation du secteur public et l’incitation des établissements à la concurrence reposent sur l’idée que ces phénomènes favorisent la réceptivité des établissements à la société et une utilisation plus efficace des fonds publics. Toutefois, des établissements autonomes contraints à entrer en concurrence dans des conditions de marché pourraient bien adopter des stratégies favorisant « leur propre intérêt », tout particulièrement dans un contexte de restrictions budgétaires. Cela ne garantit en rien que les objectifs stratégiques de ces établissements coïncideront avec ou convergeront vers le « bien public » ou les objectifs gouvernementaux, ce qui ouvre la voie à l’ingérence de l’État. Au Portugal, les effets combinés de l’expansion rapide du système d’enseignement supérieur et de la baisse du taux de natalité national ont conduit à une situation de forte concurrence pour attirer les étudiants. Cet article analyse les effets de cette concurrence sur le comportement des établissements publics et privés sous l’angle des politiques d’offre de nouveaux programmes d’études et de promotion de l’accès à de nouveaux étudiants adoptées par les établissements en question. Le comportement des secteurs public et privé est ensuite comparé de manière à vérifier dans quelle mesure une forte concurrence favorise une attitude convergente des deux sous-secteurs, aboutissant à un relâchement des efforts de poursuite du bien public, voire à une ignorance totale de ce dernier.