Introduction de cours visant à promouvoir la création d'entreprises dans certaines universités allemandes [E-Book] : Un pas de plus sur la voie de la réforme / Gudrun Curri
Curri, Gudrun.
Paris : OECD Publishing, 2008
26 p.
französisch
10.1787/hemp-v20-art21-fr
Education
Full Text
LEADER 03317caa a22002658i 4500
001 ZB05884
003 OECD iLibrary
008 121101s2008 fr o i|0| 0 fre d
024 7 |a 10.1787/hemp-v20-art21-fr  |2 doi 
035 |a (Sirsi) a492771 
041 |a fre 
100 1 |a Curri, Gudrun. 
245 1 0 |a Introduction de cours visant à promouvoir la création d'entreprises dans certaines universités allemandes  |h [E-Book] :  |b Un pas de plus sur la voie de la réforme /  |c Gudrun Curri 
264 |a Paris :  |b OECD Publishing,  |c 2008  |e (OECD iLibrary) 
300 |a 26 p. 
336 |a Text   |b txt   |2 rdacontent 
337 |a Computermedien   |b c   |2 rdamedia 
338 |a Online-Ressource   |b cr   |2 rdacarrier 
500 |a französisch 
520 3 |a Depuis quelques années, les universités du monde occidental doivent répondre à des exigences nouvelles de la société, qui attend désormais qu’elles contribuent davantage à la prospérité économique nationale tout en continuant à remplir leurs missions traditionnelles, à savoir l’enseignement et la recherche. En 1997, s’inspirant des mesures prises par les gouvernements australien, britannique et canadien, le gouvernement fédéral allemand a lancé une initiative visant à promouvoir la création d’entreprise au sein des universités. Cette initiative devait ancrer la culture entrepreneuriale dans l’enseignement supérieur par le biais de cours consacrés à la création d’entreprise. J’ai choisi d’étudier le succès rencontré au sein des universités par cette initiative publique, tant en termes de participation, que de mise en pratique ou d’évaluation. Une série d’entretiens avec les administrateurs hors classe de 22 établissements d’enseignement supérieur m’a permis de collecter un certain nombre de données relatives à la gouvernance, à la refonte et au développement organisationnels, aux changements effectivement observés dans l’offre de programmes, ainsi qu’à la culture académique et administrative. Pour reprendre les propos de Clark (1998, 2004) et de Gjerding et al. (2006), je dirais que l’introduction de la culture entrepreneuriale dans la culture universitaire ne peut se faire sans l’appui du sommet, mais aussi de la base, et notamment du corps enseignant. Ainsi, au sein des universités, les détenteurs du pouvoir décisionnel savent faire preuve d’esprit d’entreprise face aux opportunités de financement ou de valorisation d’image qui leur sont offertes en-dehors du secteur de l’enseignement supérieur, tout en respectant l’avis de leurs collègues concernant l’éventualité d’une participation. Le succès des initiatives visant à promouvoir la création d’entreprise auprès des étudiants nécessite que le modèle traditionnel centré sur les interactions inter/intra-facultés ménage une place aux parties prenantes externes. Les universités allemandes ont su adapter ce modèle en vue d’établir des partenariats de recherche, sans toutefois négliger leurs deux missions de base : l’enseignement et la recherche. 
653 |a Education 
856 4 0 |u http://dx.doi.org/10.1787/hemp-v20-art21-fr  |z Volltext 
915 |a zzwFZJ3 
596 |a 1 
949 |a XX(492771.1)  |w AUTO  |c 1  |i 492771-1001  |l ELECTRONIC  |m ZB  |r N  |s Y  |t E-BOOK  |u 5/2/2016  |x UNKNOWN  |z UNKNOWN  |1 ONLINE