Les environnements éducatifs de demain au coeur des travaux de l'OCDE [E-Book] / Henno Theisens, Francisco Benavides et Hanna Dumont
Theisens, Henno.
Benavides, Francisco. / Dumont, Hanna.
Paris : OECD Publishing, 2008
11 p. ; 21 x 29.7cm.
französisch
10.1787/235122640104
PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement de l'éducation ; 2008/11
Education
Full Text
L’idée de concevoir des bâtiments scolaires en réponse au changement ne date pas d’hier. Toutefois, la situation actuelle diffère peut-être en raison de la nature et de l’ampleur des évolutions que nous devons désormais anticiper. L’OCDE a lancé une série de projets à même de faciliter la planification et la conception des infrastructures éducatives de demain. Ces projets visent en effet à étudier d’une part les changements qui agitent le secteur de l’éducation, et d’autre part les environnements d’apprentissage innovants. Les acteurs en charge de la planification scolaire doivent depuis longtemps anticiper la nature des évolutions démographiques de demain, et prévoir par exemple, dans telle ou telle zone géographique, d’augmenter ou de réduire la capacité d’accueil en milieu scolaire au vu des tendances démographiques locales. Désormais, la difficulté réside, pour eux, dans la complexité et l’incertitude qui caractérisent le monde du XXIe siècle. Les résultats du projet de l’OCDE baptisé « L’école de demain : les grandes mutations qui transforment l’éducation » recensent notamment, parmi les facteurs à l’origine de cette incertitude, la baisse des taux de fécondité, la mondialisation rapide de l’économie et la hausse du nombre de familles monoparentales. Face à ces différents phénomènes, responsables politiques et établissements d’enseignement n’ont d’autre choix que de répondre à deux questions essentielles : en quoi consiste l’éducation ? Quelle forme doit-elle revêtir ? Un autre projet de l’OCDE, axé sur l’étude des environnements d’apprentissage innovants, vise quant à lui à déterminer les moyens dont disposent les établissements scolaires pour proposer les expériences d’enseignement et d’apprentissage sans lesquelles nul ne peut prétendre à « apprendre tout au long de la vie ». Les économies et les sociétés ont toutes intérêt à faire de chaque élève un apprenant autonome, capable d’acquérir des connaissances spécialisées dans différents domaines, donc de se reconvertir si nécessaire. La recherche sur l’apprentissage met en évidence deux éléments centraux : il est essentiel de laisser les élèves « s’approprier » l’apprentissage, celui-ci étant par ailleurs un processus à la fois social, culturel, intra personnel et actif. Les travaux de recherche menés sur cette question montrent également que les élèves ont moins de mal à comprendre des matières complexes dans les environnements qui leur permettent de prendre part, avec d’autres membres de la communauté, à des activités faisant appel aux connaissances. Pour se prêter à ce genre d’interactions, les environnements d’apprentissage doivent être radicalement différents de ceux que l’on a conçus jusqu’à présent, et notamment mettre moins l’accent sur les cours « magistraux » dispensés dans les salles de classe traditionnelles.